la peche a la mouche aux insectes naturels et vers

L'APPROCHE DES POISSONS.

DÉPLACEMENT DANS L'EAU.

  • Faire le moins de vague possible (attendre entre chaque déplacement que l'onde revienne vers vous ou se calme). Il faut considérer que les truites dans très peu d'eau voit 14 fois la hauteur du pêcheur ce qui représente pour un pêcheur de 1m70, 1m40 hors d'eau soit pratiquement 20m sans oublier les petites vagues que vous pouvez faire dans vos mouvements ou celles crées par les petites cascades qui augmentent encore cette distance.
  • Lentement (les gestes désordonnés sont nuisibles à l'efficacité).
  • Sans bruit sur le fond (les poissons ont une ligne latérale très sensible).
  • Différence courant rapide ou lent (si le courant est rapide, le déplacement pourra l'être aussi, l'onde remonte moins haut dans ce cas, par contre, en courant lent ralentir au maximum, les vagues peuvent remonter sur 100m ou plus).
  • Ressortir de l'eau lorsque vous avez fait les grosses erreurs citées plus haut ou si vous avez fait fuir des truites dans vos pieds et redescendre dans la rivière 100 à 200m en amont.

    DÉCROCHAGES.

  • Pensez d'abord à votre hameçon (Sur des parcours accidentés rocheux pensez à vérifier votre pointe en cas de décrochage, pas à l'oeil, mais avec une loupe d'opticien, vous vérrez alors pas mal de pointes émoussées, vous comprendrez vos ratés et la difficulté d'affuter correctement une pointe d'hameçon à la pierre.)
  • Mauvais moment solunaire.
  • En début de saison, si les poissons gobent en surface, préférez un ferrage rapide, autrement attendez que votre soie se tende sur 1 ou 2m.

    REFUS.

  • Mauvaise Esche (en changer).
  • Le poisson vous a repéré (une truite se sauvera, par contre un chevesne restera en place en se moquant de vous).
  • Le poisson prend peur en apercevant l'esche (sur des parcours très fréquentés à la sauterelle sur gardonnette, par exemple, il se peut que les poissons ont de mauvais souvenir avec cet appât, pensez au ver de farine).

    DISCRÉTION.

  • Posez dés que possible (les belles arabesques n'augmentent pas les prises).
  • Faire passer la soie le plus près de l'eau (privilégiez le lancer droit incliné).
  • Lancez moelleusement sur un poisson en position (lancer courbe sur un courant).
  • En lac, ne recouvrez pas au premier shoot le poisson de votre bas de ligne, préférez un lancer plus court.
  • A l'arraché, bien sortir l'insecte de l'eau en reprenant la soie avant de l'envoyer sur l'arrière.
  • Quand vous prenez un poisson, épuisez le rapidement sans bruit afin de ne pas alerter ses congénères.

    MANQUE DE DISCRÉTION.

  • Lorsque les truites sont dans des zones imprenables, lancez votre insecte à 1m du poisson en plaquant votre appât.
  • Si la rivière est vide, plaquez votre insecte à 50cm des bords.

    CADENCE.

  • Posez en accord avec le timing du gobage de la truite.
  • Lancez rapidement sur un mouvement suspecte sur l'eau (dans les 2 secondes).

    LE SOLEIL.

  • La truite n'aime pas le soleil et si celui-ci est à gauche, lancez à sa droite votre insecte car elle ne se tournera pas vers la lumière.

    LA COMPETITION.

  • L'agressivité ou la compétition de groupe existe parmi des espèces comme les black-bass ou les rotengles, profitez-en, si vous les voyez prendre une direction, lancez 50cm devant eux et préparez -vous à ferrer.
  • Sur un individu isolé, éveillez sa curiosité et n'engendrez pas la peur.

    OU NE PAS PECHER.

  • Ne pêchez pas dans l'eau blanche, il faut savoir qu'une eau bien brassée se charge d'air et sa densité descend à 0,7, aucun poisson n'est capable de nager dans ce contexte.
  • Si vous tombiez dans une eau blanche et profonde, écartez-vous en avant de remonter en surface.
  • Comme nous sommes dans la densitÚ de l'eau, il est utile de savoir que l'eau lorsqu'elle est à 4░C (3,98░C pour être exact) à sa plus forte densité.
    -Ce qui implique que l'eau, l'hiver, n'est pas obligatoirement la plus froide sur le fond contrairement à l'été.
    -Comme dit Hubert Reeves dans son livre "Là où croît le péril...croît aussi ce qui sauve". Phénomène étonnant, la glace flotte sur l'eau, ce qui a entraîné le naufrage du Titanic en 1912 avec un iceberg, c'est d'une importance primordiale sur la vie sur terre.
    -Si la glace était plus lourde, les lacs gèleraient complétement et mettrait en péril les organismes vivants.
    -La plupart des corps sont plus denses à l'état solide qu'à l'état liquide, or l'eau, c'est le contraire.
    -Deux exemples, l'huile se fige et coule par le froid, le plomb fondu flotte sur le solide.